Vald Journal perso II

Journal perso II

:   Vald

:   Ce Monde Est Cruel

:   11 Oct 2019

Vald Journal perso II paroles


[Intro]

Page 2, chapitre 2


[Couplet unique]

Ouais, ma vie, c'est le Truman Show, la came tombe du ciel sur la scène

Sourire coincé à la selle, je parle pas, on me fait tout à l’œil

J'viens en retard comme si j'tais à l'heure, j'pardonne pas comme si j'ai des valeurs

Grammaire sur ma liste de malheur, ta grand-mère qui valide le 20 heures

Mais cette vie est belle, je le sais, comme millions euros de recettes

Comme des tourtereaux sur la branche, avant qu'le chômage ne fasse qu'elle ne cède

J'sais qu'il faut du blé pour les t'nir ou attendre la prochaine manche

Non, j'vais pas pleurer devant c'film, j'sais qu'c'est pécher d’être sensible

La peur nous pousse comme des infirmes, trop d'journalistes qui désinforment

Salle de prière désemplie, tous occupés à monter des empires

Avant que j'me désintègre, j'vais m'trouver, j'vais faire la paix

Après, j'vais rouler un teh et fusionner avec le canapé

Ouais, bien sûr que j'ai tout prévu, c'est l'chemin qui compte, pas la fin qui prévaut

Gros, les potos avant les putes, j'vais sauver les hommes avant les veaux

J'vais sauver les miens avant les vôtres, gros, sinon, c'est pas la peine

Mais sauver les siens avant les autres, gros, c'est l'programme des Le Pen

Ouais, populace manipulée, au profit de qui ? Ce n'est pas stipulé

Orphelins violés, désarticulés, les loisirs de la haute sont particuliers

Viens voir la vie qu'on peut pas diffuser, t'sais ? Celle qu'est acidulée

Là où le shit et le SMIC, c'est le max', au-d'ssus, l'esclave serait moins stimulé

Ouais, je sais comment ça se passe, un joint, comment ça se tasse

Une tchoin, comment ça se masse, un cul, comment ça se casse

Donc je sais pourquoi elle veut qu'je repasse, pourquoi elle veut qu'on l'refasse

Pourquoi elle veut qu'on ressasse (tout l'temps), même une minute dans le sas

Ouais, le sexe et l'argent, ça fait tout, j'ai les deux et pourtant, ça fait rien

Ne respire pas mon air, ça m'étouffe, j'veux être libre, le reste, j'm'en bats les reins

Ouais, j'veux être ivre, demain ne compte pas, pourquoi la vie devrait être un combat ?

Hein ? Gros, j'esquive l'œil et l'compas, ainsi qu'les soldats qu'la machine dompta

Ouais, j'conjugue au passé simple, passe-moi l'feu, la lumière va s'éteindre

J'tendrai jamais la patte à ces chiens, pour l'moment, on s'en sort assez bien

Verre à moutarde rempli d'eau, j'prends la pilule rouge comme un antibio'

Je vais m'asseoir en lotus au Tibet et me coiffer comme les reufs en chimio'

Les élites sont des satanistes, de sombres sorciers maîtrisant la magie

Les créateurs et gardiens d'la matrice, à chaque poste de pouvoir, quelqu'un d'la famille

C'est bon pour l'bénéf' si c'est la panique, c'est bon pour l'bénéf' si c'est la famine

C'est bon pour l'bénéf' de ruiner l'Afrique, c'est bon pour l'bénéf' d'asservir l'Asie

Ouais, ce monde est cruel à souhait, les mentalités sont baisées as fuck

J'vais nous venger, les baiser I swear, même si le mal par le mal, c'est pas top

Ou bien j'oublie tout et j'ouvre mon laptop, j'fais navig' privée, je cherche "gangbang hardcore"

Là, j'me branle à mort en attendant la mort, devant l'amour de ceux qui n'font qu'un corps